Projet Bougamour (Tékane): Des trouble-fêtes s’invitent

Le 20 avril 2013, la commission représentant les bénéficiaires du projet Bougamour se réunissait à Tékane à l’arrondissement pour procéder au partage des terres aménagées. C’était en présence des autorités notamment le conseiller du ministre du développement rural Abdallahi Ould Bah, le préfet de Rkiz, le chef d’arrondissement de Tékane et le commandant de brigade de gendarmerie de Rkiz. A la satisfaction des membres de la commission, les autorités avaient comme consigne de ne participer à la réunion que pour la signature des procès verbaux. Le partage devait résulter donc d’un consensus entre les représentants des différentes localités concernées par le projet à savoir Bougamour, Oum Souleymane, Oum el Qoura, Aker, Nkhaylat, El Basra, Trigamour, Ech – Ndikine Aly Kane et Ehl Youssouf. Au terme du partage des terres aménagées, il se trouve que Bougamour qui compte environ130 familles se retrouve avec 135 ha alors que Oumoul qoura avec près de 600 familles bénéficie de 120 ha seulement. Sans doute des considérations qui échappent aux observateurs étrangers au terroir ont conduit au consensus entre les membres de la commission. Jusque là tout s’est passé comme dans le meilleur des mondes possibles mais moins d’une semaine après la réunion de Tékane, des personnes débarquent à Bougamour avec une quinzaine de véhicules. Cinq tentes sont dressées dans les périmètres aménagés et un chameau égorgé. Ces hommes d’affaires, chefs tribaux et autres notables venus de Bareina, Nebaghiya et Rkiz voire Rosso conduits entre autres par Moustapha Ould Seyyid, Mohamed O. Bah , Mohamed Salem O. Beddy et Mih Ould Djodje prétendent que les terres attribuées à Bougamour leur reviennent parce ce qu’ils sont les anciens maitres des habitants de cette localité. Le député de Rkiz serait de mêche avec eux. Il faut rappeler que c’est au terme d’une longue lutte que les populations concernées avaient obtenu du président de la République l’octroi de 700 ha à Bougamour dont 622 ont été aménagés et 350 ha à Diolly pour un coût de un milliard soixante quinze millions d’UM financé par l’état mauritanien. En effet entre 2009 et 2010 ces populations ont été victimes de plusieurs tentatives de spoliation (dont certaines ont abouti), d’expropriation, d’intimidations, etc. Plusieurs personnes ont été arrêtées et emprisonnées pour s’être opposées à des hommes d’affaires peu scrupuleux. C’est lors de l’ouverture de la campagne agricole 2011 à l’ISET (Rosso) que MM. Sy Amadou dit Clédor et Alioune Ould Ndiawara mandatés par la commission des populations de l’arrondissement de Tékane ont rencontré le président Mohamed Ould Abdel Aziz à qui ils ont soumis leurs doléances. C’est alors que le président a décidé d’’octroyer et d’aménager ces terres au profit des populations.

Djigo Aboubakry

Laisser un commentaire